AccueilAccueil  WelcomeWelcome  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Stargate Atlantis - Le Jeu, Invité

Rejoignez nous sur les réseaux sociaux
Le cri du désespoir [John] Fb_50x10 Le cri du désespoir [John] Tumblr10
Le cri du désespoir [John] Membre18

Partagez

Le cri du désespoir [John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jenny Sheppard
Jenny Sheppard
Co-admin
2nd Section Scientifique
Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Co-admin 2nd Section Scientifique Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Date d'inscription : 03/09/2007
Messages : 7047
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptyJeu 27 Fév - 15:55

Jenny était dans un mauvais jour, cela faisait plus de 2 mois que son petit Jake était au paradis.. et c’était toujours aussi difficile, même si elle arrivait à percevoir parfois un peu de mieux. Un moment de répit qui lui faisait tant de bien psychologiquement. Le temps panse les blessures, c’était bien connu, mais pour Jenny le travail allait être encore très long. Elle n’avait juste pas perdu un fils, c’était surtout la manière dont cela s’était passée. Et c’est sur cela qu’elle avait énormément de mal. Elle s’en voulait d’avoir créé cette panne de courant dans la cité qui avait permis à ce monstre de s’évader. Si elle avait décidé de rester à ses quartiers ce soir-là, rien de tout ceci ne serait arrivé et elle serait en train de pouponner à l’heure qu’il était. Mais voilà, parfois les choses ne se passent pas comme elle le devrait. Jenny ne se le pardonnerait jamais et c’était ce « hic » qui l’empêchait d’avancer et de passer à autre chose. Comment faire son deuil correctement lorsque l’on se sent responsable de cette mort, involontaire soit, mais mort tout de même. C’était d’ailleurs pour cette raison que la jeune femme avait pété une durite et qu’elle s’était mise en danger ou minable de nombreuses fois.
 
La jeune femme poussa un las soupir et huma l’air frais. Cette dernière était sur le balcon au sommet de la tour principal. Peu de personne y aller et pour cause, il n’y avait pas de téléporteur proche et il y avait pas mal de niveau à monter par escalier. Ce lieu était devenu son repaire. Une larme solitaire roula sur sa joue, alors qu’une bourrasque manqua de lui faire perdre l’équilibre, elle se retint de justesse. Jenny n’était pas accoudée à la rambarde, non, elle était passée par-dessus bord et avait marché le long de la cornière avant de s’asseoir. Une surface large de 60 cm. En dessous d’elle, la cité et l’océan. C’était presque beau. Certains seraient mort de vertige en la voyant ainsi. Mais Jenny n’avait pas le vertige et pire, elle était tellement dans un afflux d’idées noires qu’elle se disait que même si elle venait à tomber, cela ne serait pas une grosse perte. Elle mettait en danger sa famille, alors cela ne serait pas une grosse perte. Jenny observa le couteau qu’elle avait entre les mains.. Devait-elle vraiment aller jusqu’au bout de sa pensée ? C’était lâche comme geste et pour autant tellement tentant. Poussant un énième soupir, elle ferma les yeux et approcha la lame de son poignet. Elle inspira fébrilement et passa la lame contre sa peau, l’entaillant, jusqu’à ce qu’un jumper passe au-dessus sa tête pour passer par le garage du toit. Comme prise par la peur, elle eut un faux mouvement et le couteau tomba. Tss toujours dérangé ici ! Jenny observa son poignet qui saigné, elle ne serait dire si elle avait touché les veines.. A son humble avis.. non, sinon cela saignerait plus quoique.. Elle n’était pas médecin et n’en savait rien. La sensation qu’elle ressentait au fond d’elle était vraiment horrible..Car justement, elle ne ressentait rien, comme si elle était vide de toutes émotions. C’est donc les mains jointes, qu’elle fixa l’horizon, ne sachant que faire. Sauf que le destin se chargea pour elle de lui donner un peu d’animation. En effet pas moins de 5 à 10 minutes plus tard, le bruit caractéristique de la porte lantienne qui s’ouvre, lui parvint à ses oreilles malgré le vent qui soufflait. Jenny tourna légèrement la tête et reconnut instantanément l’ombre qui était présente. Néanmoins, elle ne ressentit même pas d’émotion d’être « prise en flagrant délit ». Elle poussa juste un énième soupir.
 
« Ton homme a donné l’alerte… je voulais juste être seule, prendre l’air.. » se justifia-t-elle.

 « Je ne compte pas encore faire le saut de l’ange... »
  
*Non juste te mettre en danger parce que ton cerveau a pété 2/3 fusibles ! Et puis si tu comptais te justifier ainsi, attends qu’il voit la connerie que tu as fait à ton poignet...bon ça a l’air de pas trop saigné, mais comment veux-tu que les gens te prennent au sérieux et te refasse confiance après le nombre incalculable de connerie que tu fais.*
 
 Oui ça conscience tentait de la raisonner, mais encore une fois Jenny la bâillonna et la séquestra au plus profond d’elle-même.
 
« Si tu es venu me faire la morale, va donc vaquer à tes occupations » lança-t-elle un peu cinglante, malgré elle.


Le cri du désespoir [John] Tumblr_ph33li2HhL1xwgl03o4_500
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
John Sheppard
Fondatrice
¤ Sexy Bad Boy ¤

Fondatrice  ¤ Sexy Bad Boy ¤

Date d'inscription : 24/07/2007
Messages : 7708
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptySam 21 Mar - 19:26


Deux longs et très laborieux mois s'étaient déjà écoulés depuis ce jour fatidique. Une routine plus que monotone s'était installée dans la vie du militaire. Levé tôt le matin pour aller faire son jogging pour se changer les idées avec une bonne douche bien chaude en rentrant. Après ça, il fallait s'occuper du petit déjeuner de Mégane et surtout, il fallait s'occuper de Jenny. Elle ne se remettait toujours pas de la disparition de leur fils. Un psy pourrait l'aider à aller mieux mais dès qu'il évoquait cette idée, il se heurtait à un véritable mur. Peut-être que cela viendrait avec le temps ou peut-être pas. A voir.

Mais pour le moment, John vivait avec un véritable fantôme qui passait son temps à errer dans leur quartier ou dans les couloirs de la cité. C'est pour cela que le militaire avait besoin d'air. Rester dans la même pièce qu'elle était parfois insoutenable tellement l'atmosphère était tendu. Il en avait plus qu'assez de se heurter perpétuellement son refus de se faire aider.

Après sa matinée bien remplie par ses devoirs journaliers, le leader militaire avait décidé de s'offrir un moment pour se défouler seul, loin de tout. Il avait fini par se retrancher dans une des salles d'entrainement de la cité, afin de se défouler sur un pauvre punchingball. Mais malheureusement pour le militaire, la tranquillité était une chose à laquelle il avait rarement droit. Ce ne fut qu'après qu'une petite heure qu'on vint le déranger. Il jura intérieurement quand il vit un de ses subalternes devant la porte. Comme il n’était pas joignable par radio, il avait préféré se déplacer pour l’avertir d’une nouvelle qui n’allait pas vraiment le ravir. Plus il écoutait les dires du militaire en face de lui, plus il leva les yeux au ciel. Jenny, en haut de la tour centrale… John n’en croyait pas ses oreilles.


**- Qu’est-ce qu’elle pouvait bien foutre là-haut encore ?
- Prendre l’air ?
- Tu en as d’autres des réponses comme celle-ci ?
- Tellement que je ne sais plus où les ranger.**

Ni une ni deux, il se dépêcha de se rendre au plus haut de la cité car dans l’état ou était Jenny en ce moment, elle était capable de tout et surtout du pire. Bien sûr, elle avait choisi l’endroit le moins accessible de la cité et surtout le plus long à atteindre. Au moins, elle était sûre que personne ne viendrait ne la chercher. Une bonne dizaine de minutes plus tard, il parvint enfin à destination. En voyant la jeune femme, John sentit tous ses muscles se crisper. Jenny était passée de l’autre côté de la rambarde.

**- Elle va sauter !!!!
- Mais non. Si elle voulait vraiment sauter, elle ne t’aurait pas attendu.**

Il  ne fit que quelques pas avant que Jenny ne prenne la parole.

« Ton homme a donné l’alerte… je voulais juste être seule, prendre l’air.. » [...] Je ne compte pas encore faire le saut de l’ange... »

"C'est sûr que me dire ça les jambes quasiment dans le vide, va vraiment me rassurer," lança-t-il très ironiquement. "Tu sais qu'on a un balcon dans nos quartiers et ils sont... un peu moins haut qu'ici et moins dangereux aussi."

« Si tu es venu me faire la morale, va donc vaquer à tes occupations »

"Je te rassure, je ne vais pas te faire la morale car je sais pertinemment que ça ne servirait à rien. Mais si tu pouvais revenir de l'autre côté du garde-fou, ça me rendrait vraiment service et surtout, tu me ferais vraiment plaisir."

Petit à petit, John finit par se rapprocher de la rambarde, au plus près de la scientifique. Il préférait se préparer à tout éventualité car même si elle lui avait dit qu’elle ne sauterait pas, une idée saugrenue pourrait lui passer par la tête, vu son penchant dépressif du moment. John réitéra sa demande pour qu’elle revienne du bon côté mais comme toujours, il se heurtait à un mur.

"Bon sang Jenny, revient du bon côté ! »
lança-t-il en haussant le ton comme pour lui donner un ordre.


Dead Inside
Feel me now, Hold me please, I need you to see who I am, Open up to me, Stop hiding from me, It's hurting babe, Only you can stop the pain, Don't leave me out in the cold, Don't leave me out to die, I gave you everything
Revenir en haut Aller en bas
http://sga-rpg.forumpro.fr
Jenny Sheppard
Jenny Sheppard
Co-admin
2nd Section Scientifique
Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Co-admin 2nd Section Scientifique Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Date d'inscription : 03/09/2007
Messages : 7047
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptyDim 22 Mar - 7:52

Citation :
"C'est sûr que me dire ça les jambes quasiment dans le vide, va vraiment me rassurer," lança-t-il très ironiquement. "Tu sais qu'on a un balcon dans nos quartiers et ils sont... un peu moins haut qu'ici et moins dangereux aussi."

Ah John... Son digne mari... Toujours présent pour sortir un peu d'humour, même dans les moments où il ne le faudrait pas. Si en temps normal, cela la faisait toujours sourire, cette fois-ci, elle eut un sourire affligé. Il ne comprenait rien à rien de ce qu'elle pouvait traverser. Oui, il avait perdu un enfant aussi, mais il ne l'avait pas porté, il n'avait pas sentit qu'on l'extirper de son corps, laissant un sentiment vide en elle. Un vide si saississant qui faisait qu'elle se sentait comme morte de l'intérieur. Jenny ferma les yeux, laissant le vent souffler dans ses oreilles comme une douce mélodie. La Canadienne secoua négativement la tête, avant de lui lançait d'un ton cinglant que s'il était venu ici pour faire de l'humour ainsi que la morale, il pouvait repartir d'où il venait !


Citation :
"Je te rassure, je ne vais pas te faire la morale car je sais pertinemment que ça ne servirait à rien. Mais si tu pouvais revenir de l'autre côté du garde-fou, ça me rendrait vraiment service et surtout, tu me ferais vraiment plaisir."

Jenny eut un pseudo rire.. Oh, il ne comptait rien lui dire ? Malgré sa demande de revenir du bon côté, la jeune femme, resta dos à lui, assise en tailleur.

"Oh.. tu ne comptes rien me dire ? Je peux le dire à ta place si tu veux..: "J'en ai marre de ma femme en ce moment.. de son comportement à la con, j'aimerais me tirer et tout quitter". Hein ? Je me trompe ?"

Elle eut un sourire amer, alors qu'une larme solitaire roula le long de sa joue. 


Citation :
"Bon sang Jenny, revient du bon côté ! »

La jeune femme se crispa à son ton autoritaire. Non mais, il la prenait pour qui, un de ses hommes ? Oui.. Jenny n'était même plus en capacité de comprendre que le ton employait été celui d'un homme inquiet et stressé de voir une telle situation devant ses yeux.

"Ne me crie pas dessus !!" s'époumonna-t-elle. Ne pas contrarié une suicidaire.. jamais..


Au final, elle se retourna précautionneusement, en prenant appuie sur la base où elle était. A 4 pattes, les yeux rivé sur ses 60cm de largeur de béton, son regard fut également attiré par le vide et les vagues qui s'écrasaient en contrebas. Damn it, il fallait pas qu'elle se loupe. Jenny marqua un temps d'arrêt, puis voulut s'avancer en s'appuyant de son poignet qu'elle avait meurtrit; mais ce dernier était engourdi par la blessure qu'elle avait provoqué. Cela résultat qu'elle en perdit l'équilibre et se rattrapa sur son coude et à plat ventre. De quoi bien faire baliser le militaire. C'est à ce moment précis également, que John put voir que Jenny ne voulait pas devenir uniquement un albatros, mais qu'elle avait entammé une tentative de suicide en s'ouvrant le poignet. La scientifique resta un moment allongé. Même si elle n'avait pas le vertige ou très peu, ses muscles commençèrent à tétaniser, ajouté à cela sa faible condition physique de ces dernières semaines, un coup de vent et elle pouvait s'envoler pour de bon. Au final, elle se mit à genou sur la corniche et se redressa assise sur ses talons. Ses cheveux dansaient au gré du vent et des rafales qui devenaient plus puissantes. Elle pressa son poignet et grimaca sous la douleur, secouant sa main.

"Tu sais ce que je trouve poétique ? il y'a bientôt 10 ans... on été sur un balcon et je t'annoncé que j'étais enceinte de Mégane... Tu m'as repoussé, tu ne voulais pas d'un bébé... A l'époque, j'ai sentit ma vie s'effondrer. Bien je peux te dire, que ça n'a rien à voir... Rien à voir avec ce que .. Ce que je peux... (son visage se déforma l'espace d'un instant avant qu'elle ne se reprenne) ressentir maintenant. Comme quoi la vie nous surprend toujours.." dit-elle comme éteinte.

Depuis le début de sa depression, Jenny n'avait que très peu pleurer au grand damne de son époux. Elle ne voulait laisser libre court à ses émotions, car elle ne voulait laisser partir Jake de sa mémoire, de son coeur.. Rester dans cette spirale infernale lui permettait de rester au plus proche de ses souvenirs de grossesse. Elle ne voulait pas tourner la page, accepter le deuil et c'était là, bien le problème. John avait été conciliant.. mais peut-être devrait-il serrer la vis (bientot la dispute). Quoiqu'il en soit, Jenny semblait plus qu'au bout du rouleau en cet instant, alors qu'il y avait eu un regain d'énergie ces derniers jours. Elle finit par se redresser doucement, maintenant l'équilibre de ses bras pour être debout sur la corniche. Jenny glissa pied par pied, pour rejoindre le rebord, elle allait bientôt pouvoir saisir la main du militaire... Jusqu'à ce qu'une rafale de vent ne se fasse entendre, léchant les flancs de la cité, jusqu'à ce que la jeune femme se fasse percuter, elle se crispa et se cramponna. L'astrophysicienne put lire dans les yeux de son compagnon un éclair de peur, même elle commençait à perdre l'équilibre. Au final, elle fit un grand pas et attrapa au vol ce bras tendu, juste avant qu'elle ne perde l'équilibre. Néanmoins, étant donné, qu'elle avait rejoint le garde fou, il fut facile pour elle de s'accrocher et que John la remonte du bon côté. Complétement débraillé par cette remontée, et lessivé de tant d'émotion, la jeune femme resta tout contre John qui la serrait fortement. Merde.. Venait-elle vraiment d'être arrêtée dans une connerie qu'elle aurait très certainement regretter.. Peut-être. John la serrait si fort qu'il lui faisait presque mal. Bien que cela lui apporta du réconfort, ses idées noires qui embrumaient son cerveau revinrent à la charge. Elle ne fut pas aider quand ce dernier l'écarta de lui tout aussi violemment pour lui saisir son poignet. Jenny se sentit légèrement secouer.. Le ton de John froid et colèrique, sans doute contrôler par son pic de peur, n'atteignit qu'en basse fréquence ses oreilles. Jenny était là sans être là, comme si elle était spectatrice de son propre corps, elle fixa John sans rechigner.

Le cri du désespoir [John] Source


Jusqu'à temps que son état second se dissipe:


"Si tu n'es pas content.. tu avais qu'à me laisser tomber" dit-elle nonchalemment. "C'est comme si j'étais déjà morte.. ça aurait juste mis un terme à mes souffrances."

Du bon discours de dépressif, mais que voulez-vous, c'était ainsi ! Toujours stoïque, ses yeux finirent par se remplir de larme petit à petit, alors que John y aller encore de son discours.


Le cri du désespoir [John] OBOq


Au final et d'un geste rapide, elle vint ceinturer John, comme pour l'étreindre, sauf que la guèpe enleva le cran du holster qu'il portait à sa taille pour chourrer le 9mm. Elle le mit en joug et retira le cran de sécurité de l'arme, l'obligeant à stopper tout geste brusque.


"I don't care... I don't care at all... j'ai juste envie d'abandonner"


Elle pinça ses lèvres, avant de tapoter le canon de l'arme sur le haut de son front, fermant les yeux, avant de remettre en joug son mari.


"Je crois qu'aujourd'hui c'est le stade de trop... j'ai l'impression que quoi que je fasse, que je pense, ça n'ira pas mieux.. Et dans tout ça, je ne suis même pas foutu de m'ouvrir les veines correctement. Bon sang.."


Cette fois-ci la jeune femme eut un sanglot. Le portrait n'était vraiment pas beau à voir et John devrait user de ses talents de négociateur, s'il ne voulait pas qu'un accident arrive, vu l'instabilité de son esprit.


"Tu ne comprends pas.. Je ne peux pas avancer.. parce que.. parce que (ses yeux se gorgèrent de larme à nouveau, les laissant échapper) parce que tout est de ma faute" avoua-t-elle d'une voix brisée, alors qu'elle se mettait à pleurer silencieusement. John serait peut-être le 1er heureux de la voir se décharger.. ou pas vu les circonstances !


"Ce qu'il s'est passée cette nuit là.. Si je n'aurais pas joué mes imprudentes.. si j'étais entrer dans son jeu plus longtemps (inspire) si.. si je l'avais embrassé plus longtemps lui faisant croire à son conte de fée.. irréaliste. Si je n'étais juste pas venu rendre visite à mon collègue pour un problème de calcul.. Si.."


*si tu n'avais pas créé une sous-tension qui a déclenché tout ce bordel*

Le cri du désespoir [John] Tumblr_pt8vpzDbJi1rxfs8ro4_540


A cette pensée, la jeune femme lâcha un sanglot, cette culpabilité.. le fait qu'elle se sente responsable depuis 2 mois allait finir par l'achever pour de bon. C'était un secret, qu'elle allait devoir avouer, au risque John lui en veuille, voir pire que cela. Jenny serra davantage la crosse quand son mari s'avança, trop brusquement à son goût. Le coup partit tout seul d'ailleurs. Un tir de sommation.


"T'approches pas putain !" dit-elle plus que nerveuse, les yeux furibonds !!


"Si j'appuyais juste sur la gachette.. tout serait plus facile" avoua-t-elle, désoeuvrée, avant de plaquer le canon sous son menton.


(hj: tu vas pouvoir mettre le gif de john quand y'a la scène avec lorne qui le met en joug haha, c'est exactement ça)


Le cri du désespoir [John] Tumblr_ph33li2HhL1xwgl03o4_500
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
John Sheppard
Fondatrice
¤ Sexy Bad Boy ¤

Fondatrice  ¤ Sexy Bad Boy ¤

Date d'inscription : 24/07/2007
Messages : 7708
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptyMar 24 Mar - 19:17


Même dans les pires moments, Jenny avait toujours son caractère de chien et encore plus depuis qu’elle pétait littéralement un plomb. Depuis le temps qu'il était marié, John devrait avoir l'habitude de ses sautes d'humeur mais toujours pas. En temps normal, John serait montrer au créneau mais vu la situation actuelle, il préférait de loin se la fermer. Même si parfois, il avait envie de la tuer, il n'allait pas quand même pas mettre ses envies à exécution... Il était une personne très patiente mais à la force de supporter à longueur de journée les crises de sa femme, cela le poussait à bout.

Mais revenons à nos affaires. Jenny se décida finalement à bien vouloir repasser derrière la barrière mais c'était sans compter sur la guigne habituelle de la scientifique. John n'osa pas trop approché pour le moment car il n'avait pas envie qu'elle fasse le saut de l'ange, même sans le vouloir. C'est ce qu'il faillit faire quand elle perdit l'équilibre alors qu'elle longeait le bord pour revenir vers la terre ferme. A ce moment précis, le cœur de John fit un dératé. Mais très rapidement, sa peur fut remplacée par de la colère. Il put apercevoir ce qu'il n'aurait préféré ne jamais voir sur le corps de la jeune femme. Jenny était bel et bien passée du statut de dépressive à suicidaire, il  n'y avait plus de doute là dessus.


**- Tu as promis de ne pas lui faire la morale, je te le rappelle.
- L'engueuler, ce n'est pas lui faire la morale, c'est lui remettre les points sur le i.
- Personnellement, je ne vois pas de différence.
- Peu importe, tu es juste ma conscience. Donc tu n'as rien à me dire, je fais ce que je veux.
- Tu l'auras voulu.**

Pour le moment, il fallait qu'il se retienne de lui dire sa façon de penser sur ce qu'elle avait oser faire. Après tout, il devait être le moins légitime pour lui faire des reproche sur ça. Lui même avait déjà oser passer par là et rien que ce souvenir, le fit frissonner. Une période de sa vie qu'il préférait effacer de sa mémoire à jamais. Mais voir une telle chose, son si fragile poignet et si coloré de rouge... le rendait malade et colérique à la fois... Ayant par chasser définitivement ses mauvais souvenirs de sa mémoire, sa peur revint au galop. Jenny était encore trop près du bord à son goût. Elle prit même le temps de lui dire quelques mots, à croire qu'elle se trouvait bien ici.

"Tu sais ce que je trouve poétique ? il y'a bientôt 10 ans... on été sur un balcon et je t'annon-cé que j'étais enceinte de Mégane... Tu m'as repoussé, tu ne voulais pas d'un bébé... A l'époque, j'ai sentit ma vie s'effondrer. Bien je peux te dire, que ça n'a rien à voir... Rien à voir avec ce que .. Ce que je peux...ressentir maintenant. Comme quoi la vie nous surprend tou-jours.."

"Oui mais à l'époque, j'étais plus jeune et plus con donc maintenant, revient de ce côté là et vite si possible."

Finit les bêtises maintenant. John se mit au plus près de la rambarde et tendit son bras à la jeune femme pour qu'elle s'en saisisse pour revenir en sécurité. Mais à croire que la jeune femme avait un véritable nuage noir au dessus de la tête. Alors qu'elle allait pour prendre sa main, une bourrasque de vent manqua de nouveau de lui faire perdre l'équilibre. L'angoisse qu'éprouvait le militaire à ce moment précis pouvait se voir sur son visage. Il avait déjà perdu son fils donc il était normal qu'il ne veuille pas perdre sa femme maintenant. Si elle tombait, il ne resterait plus grand chose de son petit corps. Mais dans un regain d'effort pour ne pas tomber, la jeune femme se lança pour attraper la main du militaire en plein vol avant qu'elle ne tombe de la tour. Il ne fût qu'à moitié soulager car il fallait encore la hisser par dessus le parapet. Dès qu'elle pût, elle s'agrippa à la rampe et John put plus facilement la remonter près de lui.

Quand ses deux pieds touchèrent le sol, le leader militaire ne put s'empêcher de serrer très fortement sa femme contre lui, comme pour se rassurer lui même et qu'elle était bien là. La poussée d'adrénaline qui l'avait envahi quelques instants plutôt, commençait à descendre peu à peu. Mais une fois sa frayeur passée, sa colère qu'il gardait au fond de lui depuis avoir vu l'entaille sur le poignet de Jenny remonta à la surface et effaça totalement sa peur. Il se décolla rapidement de son épouse afin de prendre son bras violemment afin de mieux voir ce qu'elle avait oser se faire. A en voir la netteté du trait, elle ne s'était pas fait ça en tombant tout à l'heure.


**- Tu te souviens, on ne fait pas la morale.
- Bien sur, je vais juste la pourrir alors.**

"Bon sang, tu peux me dire ce que c'est que ça ?" demanda t-il alors qu'il leva le poignet meurtri devant les yeux de la jeune femme qui ne semblait pas être présente dans son propre corps. Elle ne répondit pas, ce qui agaça encore plus le militaire qui ne put s'empêcher de lui lancer un regard noir. Comme si elle revenait à elle, elle libéra son poignet de la main de John tout en le regardant fixement, comme si de rien n'était.

"Si tu n'es pas content.. tu avais qu'à me laisser tomber... C'est comme si j'étais déjà morte.. ça aurait juste mis un terme à mes souffrances."

"S'il te plait, arrête de dire ce genre de conneries ! Là, tout de suite, j'aurais presque envie de te mettre une bonne baffe pour te remettre les idées en place. Je sais que tu souffres, je peux très bien le comprendre mais faire ce que tu viens de faire est totalement inconscient. Il faut que tu te ressaisisses."

**- Ça te va bien de lui dire ça...**

Que des belles paroles qui eurent juste comme résultat, non pas de faire réagir jenny dans le bon sens, mais juste de la faire pleurer silencieusement. Il vit que ces yeux se remplir de larmes, ce qui serra le cœur du militaire. Ce qui lui disait n'était pas bon à entendre mais il fallait qu'elle l'entende tout de même. Peut-être qu'avec un bon déclic, elle irait un peu mieux. Mais alors qu'il allait reprendre son petit discours, Jenny se jeta littéralement sur lui, comme si elle voulait l'étreindre de nouveau mais ses intentions étaient tout autres. Quand il s'en rendit compte de ce qu'elle faisait, c'était trop tard. Jenny venait de lui voler son arme et le menaçait avec.

**- Voilà, tu as tout gagné en lui faisant la morale. Je t'avais prévenu.**

John stoppa net son envie d'aller récupérer son arme dès qu'il vit qu'elle avait retiré le cran de sécurité.

Le cri du désespoir [John] Tumblr_on6mgmD7sh1sp6jbto2_400 Le cri du désespoir [John] Tumblr_on6mgmD7sh1sp6jbto8_400

Il fallait bien le dire, John se retrouvait comme un con, face au canon que la jeune femme pointait devant lui. Elle n'oserait quand même pas lui tirer dessus... Un accident, ça peut arriver très vite et John ne le savait que trop bien. De toute façon, il savait très bien qu'elle n'oserait pas tirer délibérément sur lui, enfin il l'espérait... Mais vu son état mental plus qu'instable, il fallait s'attendre à tout.

"I don't care... I don't care at all... j'ai juste envie d'abandonner... Je crois qu'aujourd'hui c'est le stade de trop... j'ai l'impression que quoi que je fasse, que je pense, ça n'ira pas mieux.. Et dans tout ça, je ne suis même pas foutu de m'ouvrir les veines correctement. Bon sang […] "Tu ne comprends pas.. Je ne peux pas avancer.. parce que.. parce que... parce que tout est de ma faute […] "Ce qu'il s'est passée cette nuit là.. Si je n'aurais pas joué mes imprudentes.. si j'étais entrer dans son jeu plus longtemps si.. si je l'avais embrassé plus longtemps lui faisant croire à son conte de fée.. irréaliste. Si je n'étais juste pas venu rendre visite à mon collègue pour un problème de calcul.. Si.."

"Ce n'est pas la peine de revenir sur ce qui c'est passé. On ne pourra rien changer. Et s'il y a une chose que je peux te dire, c'est que je me sens tout aussi responsable que toi mais j'ai appris à vivre avec, même si c'est très difficile. Rien ne pourra nous ramener notre fils désormais. Tu as vraiment besoin de te faire aider pour aller mieux donc commence déjà par lâcher cette arme", conclut-il alors qu'il avançait vers son épouse, chose qu'il n'aurait pas dû faire. Sans prévenir, un coup de feu partit. Par pur réflexe de survie, John se protégea alors que la balle passa juste à côté de lui pour aller se ficher dans le mur derrière.

**- Je crois qu'elle vient de te tirer dessus.
- C'était un accident.
- Oui bien sur, un accident. Comme quand tu as tiré sur Noah, c'était un "accident"**

"T'approches pas putain !"

John ne se fit pas prier pour ne pas avancer plus loin. Tout ce qu'il avait envie, c'était partir d'ici et en bonne santé, avec sa femme. Son cerveau se mit à réfléchir très rapidement pour tenter de trouver une solution pour désamorcer cette situation. S'il fallait qu'il se prenne une balle et bien il le ferait.

"Si j'appuyais juste sur la gâchette.. tout serait plus facile"

Non, non, non !!!! Qu'est-ce quelle était en train de faire ? Elle n'allait  quand même pas se faire sauter la cervelle ? Mais bien sur que si elle en serait capable et comme elle l'avait déjà prouver même pas 5 minutes, un coup ça peut partir très vite. Il fallait trouver une solution rapidement. Tous ces sens étaient en alerte. Parler serait peut-être une solution. John allait devoir se reconvertir dans la psychologie pour l'aider au mieux.

"Tu crois que ça serait vraiment plus facile ? Pour toi peut-être. Mais pensez aux autres, ça t'arrive ? Tu agis en pure égoïsme. Je suis sur que Mégane va être plus que ravie quand elle saura que sa mère s'est suicidée parce qu'elle en avait assez de vivre. C'est vrai qu'elle n'a pas assez souffert donc autant en rajouter une petite couche. Et moi ? Tu y as pensé ? Qu'est-ce que je vais faire si tu n'es plus là ? Tu trouves que je n'ai assez souffert comme ça ? Je n'ai pas envie de vivre sans toi. On a traversé beaucoup de choses ensembles, même si certaines de ces choses, on aurait mieux fait de ne jamais les vivre mais ça nous les avons vécut Et je pense que l'épreuve que nous traversons en ce moment, il faut qu'on la traverse ensemble mais si tu me rejettes, je ne pourrais rien pour toi. Laisse moi vraiment t'aider à avancer et surtout à aller mieux."

Comme si de rien n'était, John s'approcha, pas à pas. Il fallait qu'il reprenne son arme et s'il tentait quoi que ce soit, de manière un peu brutale, Jenny ne le raterait pas cette fois.

"Tu te souviens quand nous avions rompu et que tu es venu me voir sur Terre suite à mon accident de voiture et que je n'allais vraiment pas bien... J'ai accepté que tu m'aides à aller mieux même si ce n'était vraiment pas facile. J'ai plus souvent eu des bas que des hauts. Mais surtout, j'ai accepté de l'aide et ce que toi tu refuses catégoriquement d'avoir alors que je ne demande que ça. T'aider."

Une boule naquit dans la gorge du militaire et ses yeux se remplirent petit à petit de larme. Il s'était juré de ne plus jamais reparler de ces moments dures à vivre. Même après temps d'années, il regrettait ce qu'il avait fait pour qu'il en arrive là. Il pouvait comprendre ce que Jenny pouvait ressentir, ce sentiment de culpabilité et qui vous mène à faire des choses que l'on regrette encore plus après.

Désormais, il n'était plus qu'à un petit mètre de la jeune femme qui menaçait toujours sa propre vie. A croire que l'écouter parler, lui faisait penser à autre chose et moins à se suicider sous les yeux de son mari.

"Donc s'il te plait, lâche cette arme car je ne supporterais pas de perdre celle que j'aime le plus au monde. J'ai déjà failli te perdre je ne sais combien de fois et dont la dernière fois, il n'y a pas si longtemps que ça. Si tu as besoin de te défouler sur quelqu'un, ne le fait pas sur toi mais..."dit-il alors qu'il se trouvait désormais nez à nez avec la jeune femme. Tout en ne la quittant pas ses yeux, il posa sa main sur l'arme et la détourna du menton de la jeune femme. Au moins, elle pouvait toujours tirer, la balle irait dans le vide. S'il s'était arrêté là, tout irait dans le meilleur des mondes. Mais il détourna la main de l'arme afin que le canon soit pointé cette fois ci contre sa poitrine. A croire que John aussi était en train de péter une durite.

"...fait le sur moi. Si ça peut te défouler, vas-y. Tu retiens beaucoup trop de choses depuis trop longtemps."


Dead Inside
Feel me now, Hold me please, I need you to see who I am, Open up to me, Stop hiding from me, It's hurting babe, Only you can stop the pain, Don't leave me out in the cold, Don't leave me out to die, I gave you everything
Revenir en haut Aller en bas
http://sga-rpg.forumpro.fr
Jenny Sheppard
Jenny Sheppard
Co-admin
2nd Section Scientifique
Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Co-admin 2nd Section Scientifique Unchained as a Volcano Soft as a Dove

Date d'inscription : 03/09/2007
Messages : 7047
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Open

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptyMer 25 Mar - 11:28

Citation :
"Ce n'est pas la peine de revenir sur ce qui c'est passé. On ne pourra rien changer. Et s'il y a une chose que je peux te dire, c'est que je me sens tout aussi responsable que toi mais j'ai appris à vivre avec, même si c'est très difficile. Rien ne pourra nous ramener notre fils désormais. Tu as vraiment besoin de te faire aider pour aller mieux donc commence déjà par lâcher cette arme"

 
On pouvait dire que la jeune femme avait pété une sacré durite. Menacer John, d'une arme à feu qui plus est. Plus rien ne tourner rond dans sa caboche. En même temps il fallait vraiment être plus que désespéré pour s'ouvrir à moitié un poignet. Le sang continuait d'ailleurs de s'écouler, mais par chance, la jeune femme avait arrêter à temps avant que cela ne soit trop fatale. Un bon bandage et le tour serait joué. Toujours en tenant nerveusement la crosse de l'arme, elle l'écouta.. Ce n'était pas ça qui allait l'apaiser, mais l'entendre également dire qu'il se sentait responsable lui permit d'alléger un temps soit peu sa souffrance. Après tout ! il avait même totalement raison ! pourquoi n'avait-il pas agit avant en faisant sauter cette maudite porte lantienne verrouillée !! Non.. Non... Il fallait qu'elle arrête. Jenny respira de manière saccadée tout en tapotant le canon de l'arme sur son front pour se reprendre. Son mari n'y était pour rien.. A la base tout ce merdier n'avait été la faute de personne.. Un juste triste concours de circonstance. Alors pourquoi se mettait-elle la faute sur elle. Le concours de circonstance avait été déclenché par elle uniquement !
 
"Je n'ai pas besoin.. Pas be...(elle marqua une pause).. Jake.. est.."
 
*mort Jenny, il est mort... Tu connais ce mot pourtant.. m-o-r-t.. tu l'as peut être juste pas bien intégrée car tu as  juste pas été à l'enterrement de ton propre fils
- la ferme
- ça t'aiderais pourtant de voir sa tombe et tu le sais, ton mental en a besoin car quand je vois les idées ingénieuses que tu as ces derniers temps. Tu fais vraiment de la merde avec ton blocage..
- je t'ai dis de LA FERMER !!!*
 
"Tu veux vraiment que j'aille voir un charlatan, qui fait semblant de savoir ce que je peux ressentir... tu veux vraiment que je sois sous pilule.. je pensais que tu en avais marre d'avoir un fantôme comme femme !!"
 
Sa nervosité était telle que lorsqu'il avança un peu trop rapidement à son goût, elle lui tira dessus par reflexe.  Bien entendu jamais elle ne tirerait sur lui.. quoique.. un accident était vite arrivé. Néanmoins à voir la surprise sur son visage, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle mette en application ses dires. Jenny non plut d'ailleurs, un traits de surprise put se lire sur son visage, mais elle reprit bien rapidement son masque impassible. Elle n'allait pas se laisser distraire... Ce n'était pas la scientifique qui s'exprimait au travers de son arme, mais bel et bien sa tristesse, son désarroi, et le trop plein d'émotion qu'elle avait accumulé sans jamais rien lâché depuis ce triste jour. C'est alors que John, main tendue vers elle, commença à s'approcher doucement. On aurait dit un homme qui tentait de dompter, d'apprivoiser l'animal sauvage qu'il avait en face de lui. C'est alors qu'elle décida de pointer le canon sur sa glotte.
 

Citation :
"Tu crois que ça serait vraiment plus facile ? Pour toi peut-être. Mais pensez aux autres, ça t'arrive ? Tu agis en pure égoïsme. Je suis sur que Mégane va être plus que ravie quand elle saura que sa mère s'est suicidée parce qu'elle en avait assez de vivre. C'est vrai qu'elle n'a pas assez souffert donc autant en rajouter une petite couche. Et moi ? Tu y as pensé ? Qu'est-ce que je vais faire si tu n'es plus là ? Tu trouves que je n'ai assez souffert comme ça ? Je n'ai pas envie de vivre sans toi. On a traversé beaucoup de choses ensembles, même si certaines de ces choses, on aurait mieux fait de ne jamais les vivre mais ça nous les avons vécut Et je pense que l'épreuve que nous traversons en ce moment, il faut qu'on la traverse ensemble mais si tu me rejettes, je ne pourrais rien pour toi. Laisse moi vraiment t'aider à avancer et surtout à aller mieux."

Jenny avait reculer petit à petit, quand John lui, avançait. Elle n'allait pas le laisser la désarmer si facilement, malheureusement, son petit discours emplit d'émotion commençait à lui faire froncer les sourcils. La gorge nouée, les lèvres au goût salé par ses larmes qui coulaient silencieusement, elle inspira fébrilement et murmura un: "comment ?". Comment pouvait-il l'aider

Citation :
"Tu te souviens quand nous avions rompu et que tu es venu me voir sur Terre suite à mon accident de voiture et que je n'allais vraiment pas bien... J'ai accepté que tu m'aides à aller mieux même si ce n'était vraiment pas facile. J'ai plus souvent eu des bas que des hauts. Mais surtout, j'ai accepté de l'aide et ce que toi tu refuses catégoriquement d'avoir alors que je ne demande que ça. T'aider."

Il pensait vraiment qu'en lui faisant rappeler de mauvais souvenir, cela allait l'aider ? Il était con ou quoi !? Lui faire rappeler Larrin, cette grognasse ! ce pourquoi ils avaient rompu !! mais à la suite de son monologue, elle comprit là où il voulait en venir. Des flashback lui revinrent en mémoire.. Il lui en avait vraiment fait voir sur Terre.. De l'état de dépressif, à suicidaire.. et Junkie au passage. Ah mais attendez une minute.. Oh ben, oui.. ça faisait bien penser à notre Jenny. Cela lui fit l'effet d'un petit électrochoc.. Etait-elle tombé si bas, au point de ne même pas s'en rendre compte !? très probablement. Cela avait été plus facile dans un sens pour lui à l'époque. Il n'avait même pas espéré que Jenny vienne, pas après ce qu'il s'était passé entre eux. Il avait été en demande silencieuse et n'aurait pas rêver mieux que la scientifique ne revienne auprès de lui pour l'aider à remonter la pente.. Jenny elle.. ne rêvait pas de quelque chose. Et surtout il faudrait qu'elle analyse le pourquoi du commun, elle rejetait John comme ça.. que lui avait-il fait pour mériter ce genre de traitement ? Sans doute des rancoeurs passées qui remonteraient prochainement (dispuute). Mais s'il n'y avait que ça.. Tout le monde lui promettait de l'aider, mais elle voulait vraiment savoir de quelle manière ? En parlant, en évacuant ce qu'elle pouvait ressentir ? Non.. C'était trop dur.. trop difficile.. Et pourtant le secret qu'elle gardait au fond d'elle ne demandait qu'à sortir, cela lui brûlait même les lèvres.. Elle n'avait jamais trouvé le bon moment pour lui dire, mais cette discussion a coeur ouvert aller peut être l'aider. Le pire fut sans doute de voir le regard émeraude son cher et tendre se gorgeait de larme. Elle ne l'avait pas vu ainsi depuis le passage à la morgue.. Il fallait dire qu'il était le mettre en masquage d'émotion.. Où alors.. Peut-être que ces derniers temps, elle ne faisait plus du tout attention à lui, trop accablé par sa peine. Pourquoi jouait-il la corde sensible des sentiments ? Il ne savait que trop bien que cela marchait à tous les coups avec elle, le pire fut cette réplique:

Citation :
"Donc s'il te plait, lâche cette arme car je ne supporterais pas de perdre celle que j'aime le plus au monde."


Le cri du désespoir [John] Source


Jenny eut un soubresaut doublé d'un sanglot qui se fit entendre au fond de sa gorge. Elle eut un sourire tellement triste, mais tellement sincère. L'astrophysicienne se mit à inspirer et à souffler péniblement, alors que son doigt sous la détente se mit à trembler légèrement. Ses yeux gorgeaient de larmes étaient le reflet parfait de ceux du pilote. Il fallait qu'elle se ressaisisse.. Des gens tenaient à elle, il fallait qu'elle arrête sa spirale infernale ! John avait raison, ils avaient vécus plus d'épreuves que n'importe quel autre couple, elle n'avait pas le droit d'abandonner... Pas maintenant.. même si cette simple idée de se relever lui semblait insurmontable à cet instant précis.
 
"Je t'aime aussi" dit-elle d'un souffle, fermant ses yeux. Wow 1er marque d'affection qu'elle lui disait en plus de deux mois ! C'était à noter!

Citation :
" J'ai déjà failli te perdre je ne sais combien de fois et dont la dernière fois, il n'y a pas si longtemps que ça. Si tu as besoin de te défouler sur quelqu'un, ne le fait pas sur toi mais... fait le sur moi. Si ça peut te défouler, vas-y. Tu retiens beaucoup trop de choses depuis trop longtemps."


Jenny rouvrit ses yeux en sentant ses mains chaudes sur les siennes. Au final, elle l'avait laissé approché, mais elle maintenait toujours une résistance quand il dériva l'arme, avant de céder, finalement. Alors que le canon était contre le torse de son mari, cette dernière eut une respiration plus forte, plus bruyante. Ce n'était pas une crise d'angoisse, mais on pouvait lire le flot d'émotion défiler dans son regard. Oui, il avait raison. Elle retenait beaucoup trop de chose.. depuis trop longtemps, dont une en particulier qui lui bouffait l'existence. Reniflant, elle essuya d'une main grossièrement son visage, avant de repositionner sa main sur la crosse de l'arme.
 
"Tu veux vraiment que je te tire dessus ? hein ?" dit-elle d'un pseudo rire, à bout de nerf, qui reflétait plutôt sa souffrance que quelque chose de comique. S'en suivit un visage plus sérieux et le fait qu'elle se recule légèrement, maintenant le canon de l'arme sur John qui s'offrait littéralement à lui.
 
"T'es vraiment un con.." souffla-t-elle, alors qu'elle reculait toujours en le pointant. Son arme tremblait, tout comme celle qui la portait.

"J'aurais tellement envie de me défouler.. d'hurler.. de crier.. jusqu'à ne plus en pouvoir.. Mais ça ne changerait rien.. (blanc avant d'avoir quelques larmes silencieuse sur ses joues). Comment tu as fais, à l'époque, pour remonter la pente, alors qu'une partie entière de ton être s'en voulait pour certaines choses ? Bon sang John. Je.. c'est pas après toi que j'en ai.. mais après moi. Surtout moi en réalité. Tu dis que ce n'est pas la peine de revenir sur le passé, mais j'y suis toujours bloquée.. C'est ma faute... Jake.. Jake est mort par ma faute ! A moi ! Comment je suis censée vivre avec ça ? Comment tu veux que je ne me déteste pas quand... Sa mère a même pas été foutu de réparer l'erreur de son subalterne.."
 
Le voilà, le moment difficile à passer. Depuis quasi 3 mois, elle gardait ça au fond d'elle et ça allait enfin sortir. Elle marqua un temps d'arrêt, comme si l'énorme boule à sa gorge l'empêchait de parler. Plusieurs fois sa voix se mua en silence. Jenny était semblable à une boule de nerf prête à exploser, cela transcendait dans tout son être.
 
"C'est moi qui est causée (voix se brise) la sous-tension avec le générateur à Naquadha ce soir-là. Je n'ai pas fais attention.. et Sylas a pu s'échapper.. et.. et je m'en veux tellement.. Tellement.. que j'arrive pas à m'enlever ça de ma tête, j'arrive plus à .. à respirer"
 
Et c 'était littéralement le cas ! Jenny était ravagée par la douleur et.. des sanglots. Elle laissait enfin une partie de sa cocotte minute explosée et autant dire que ce n'était pas beau à voir une telle tempête de tristesse.
 
"Je suis désolée, mais tu as perdu ton fils à cause de moi..Ce n'est pas toi que j'ai envie de punir mais moi (renifle)..  moi et uniquement moi" dit-elle en éclatant en larme. Elle relâcha son arme, le maintenant toujours en main, mais laissant le canon tête vers le bas. Prise dans un tourbillon de tristesse, elle se laissa faire comme une poupée de chiffon, quand son mari vint lui reprendre son arme des mains.
 
"Je n'ai pas le droit de demander ton aide.. pour tout ça.. c'est.."
 
]Elle ne put terminer sa phrase, englobant son visage de ses mains, se mettant à pleurer de plus belle, alors que le vent se déchaîné autour d'eux. Jenny venait d'expliquer en quelque sorte son comportement auto-destructeur de ces derniers temps. Elle était debout devant lui, comme une petite chose fragile qui avait besoin d'un bon gros réconfort ou pas si John lui en voulait.


Le cri du désespoir [John] Tumblr_ph33li2HhL1xwgl03o4_500
Revenir en haut Aller en bas
John Sheppard
John Sheppard
Fondatrice
¤ Sexy Bad Boy ¤

Fondatrice  ¤ Sexy Bad Boy ¤

Date d'inscription : 24/07/2007
Messages : 7708
Localisation : Atlantis

ME & I
Who Am I
:
Affinités
:
RP ?: Close

Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] EmptyMar 31 Mar - 14:13


John aimait jouer avec le feu et c'est ce qu'il était en train de faire quand il retourna l'arme que la scientifique tenait, contre lui. Il avait confiance en elle et il savait qu'elle ne lui ferait pas de mal. Enfin, il l'espérait car avec son état mental instable, elle était surement capable de tout et surtout n'importe quoi, comme lui tirer dessus par exemple. Elle l'avait déjà fait il y avait moins de dix minutes. Il fallait tout même qu'il reste prudent. Est-ce qu'il voulait qu'elle lui tire dessus ? Bien sur que non et elle l'avait bien comprit. Elle finit par reculer légèrement alors qu'elle pointait toujours le canon de l'arme. John pu tout de même pousser un léger soupir de soulagement.

"T'es vraiment un con.."

"Et oui, maintenant je suis moins jeune mais je suis toujours aussi con. Tu devrais le savoir depuis le temps qu'on est ensemble."

Une petite dose d'humour ne pouvait pas faire de mal même si ça n'était pas le meilleur moment pour en faire. Mais revenons aux choses sérieuses. Jenny se recula d'encore quelques pas, l'arme tremblante. Elle n'allait pas tarder à craquer et c'est ce qu'il fallait qu'elle fasse une bonne fois pour toute. Qu'elle se lâche et qu'elle dise tout ce qu'elle avait sur le cœur. Cela ne pourrait que l'aider. Tout garder en elle, allait la ronger.

"J'aurais tellement envie de me défouler.. d'hurler.. de crier.. jusqu'à ne plus en pouvoir.. Mais ça ne changerait rien.. Comment tu as fais, à l'époque, pour remonter la pente, alors qu'une partie entière de ton être s'en voulait pour certaines choses ? Bon sang John. Je.. c'est pas après toi que j'en ai.. mais après moi. Surtout moi en réalité. Tu dis que ce n'est pas la peine de revenir sur le passé, mais j'y suis toujours bloquée.. C'est ma faute... Jake.. Jake est mort par ma faute ! A moi ! Comment je suis censée vivre avec ça ? Comment tu veux que je ne me déteste pas quand... Sa mère a même pas été foutu de réparer l'erreur de son subalterne.."

C'était un jour à noter dans les annales. Jenny venait d'avouer une chose qui pour elle, jusqu'à maintenant, était impossible à dire. Elle avouait enfin que Jake était mort. Au bout de trois mois, il était temps. Il lui avait fallut du temps pour qu'elle assimile cet événement. Il fallait espérer que ça l'aide à aller mieux par la suite, même si cela n'allait pas résoudre tous les problèmes qu'elle avait dans sa tête. Pour elle, elle avait tué Jake et elle n'en démordait pas. En quoi elle en était responsable ? Parce qu'elle avait merdé avec Sylas en jouant son petit jeu amoureux ? Ça ne pouvait pas être ça. D'une façon où d'une autre, son plan aurait été démasqué. Le Génésien était con mais peut-être pas à ce point là. Alors pourquoi disait-elle cela à tout bout de champ ? Malheureusement, il n'allait pas tarder à le savoir.


"C'est moi qui est causée ...  la sous-tension avec le générateur à Naquadha ce soir-là. Je n'ai pas fais attention.. et Sylas a pu s'échapper.. et.. et je m'en veux tellement.. Tellement.. que j'arrive pas à m'enlever ça de ma tête, j'arrive plus à .. à respirer. [...] Je suis désolée, mais tu as perdu ton fils à cause de moi..Ce n'est pas toi que j'ai envie de punir mais moi... moi et uniquement moi"

Sur le moment, John resta stupéfait par ce qu'il venait d'entendre. Jusqu'à maintenant, il ignorait qu'il avait causé cette fameuse sous tension qui avait perdu à cet enfoiré de Sylas de sortir de sa cellule. Il en était tellement choqué, qu'il n'écouta même pas le reste des mots de jeune femme. Il avait espéré que ce ne soit pas elle mais plutôt un stagiaire ou le dernier grouillot arrivé sur la cité qui avait plus que merder en provoquant cela mais non, c'était bien Jenny. En quelques instants, le visage du militaire passa de la tristesse à la colère. Désormais, il comprenait mieux le sentiment de culpabilité que pouvait ressentir la scientifique. Mais le mal était fait. Lui en vouloir ne servirait strictement à rien.

**- Au moins maintenant, tu es fixé. C'est bien de sa faute.
- Ce n'est pas saute. Une erreur ça peut arriver.
- C'est quand même une erreur qui a faillit la tuer et qui a tué ton fils. Moi personnellement, je lui en voudrais à mort.**

Il était difficilement pour John de savoir à qui il en voulait réellement. A Jenny pour avoir mal fait son travail ? A Sylas, l'abrutit du village qui était capable des pires atrocités ? Ou bien à lui même, de ne pas avoir agit à temps comme il fallait ? De nouvelles questions se bousculèrent dans sa tête. De nombreuses questions qui pour certaines d'entre elles, étaient rester bien cacher au fond de lui même et il avait bien pris soin de ne pas les faire remonter à la surface. Cela l'avait peut-être aider à tenir depuis le décès de leur enfant.

Il préféra ranger sa colère au fond de lui quand Jenny daigna baisser son arme, alors qu'elle éclatait en sanglots. D'un pas rapide, il s'avança de nouveau vers afin de lui saisir l'arme et de la ranger dans son holster.


" Mon fils ? Non, c'était NOTRE fils. Et te punir ne servira à rien. Ça va te soulager un jour et le lendemain tu auras envie de recommencer. C'est un cercle vicieux dont tu ne sortiras jamais toute seule. C'est pour ça qu'il faut que tu me laisses t'aider.

"Je n'ai pas le droit de demander ton aide.. pour tout ça.. c'est.."

Jenny éclata de nouveau en sanglot, ce qui fendit le cœur du militaire. Il ne supportait vraiment plus de la voir ainsi, sans défense et si fragile. Il fallait qu'il fasse quelque chose une bonne fois pour toute. John alla prendre le visage de sa femme entre ses mains pour la forcer en quelque sorte à le regarder droit dans les yeux.

"Pourquoi tu n'aurais pas le droit ? Tu t'interdis toi même des choses, à être malheureuse alors que ça n'a pas lieu d'être. A croire que tu aimes êtres dans cet état là. Tu veux vraiment savoir comment j'ai remonté la pente alors que je n'avais plus envie de rien ? J'avais toi. Et surtout, j'ai accepté que tu m'aides même si ça n'a pas été facile mais je l'ai fais et il faut que toi, tu fasses pareil. Je n'ai pas envie que tu restes comme ça. Et je pense que Mégane non plus. Elle veut retrouver sa mère d'avant comme moi j'ai envie de retrouver ma femme, souriante et pleine de vie. Je n'ai pas dit que ça sera simple car pleins de choses se sont passer mais nous pouvons tout de même essayer."


S'il avait pu marteler ses paroles dans cette petite tête de mule, il l'aurait fait. D'un côté, il voulait aider sa femme mais à la force de répéter la même chose, il avait peur que ça ne serve plus à rien et qu'il perde son temps. Il finit par relâcher la tête de Jenny afin de l'enlacer, la serrant fort contre lui.

"Sache une chose. Je ne te laisserais pas te détruire comme ça. Je t'aime trop pour ça, lui susurra-t-il délicatement à l'oreille avant de lui déposer un fin baiser sur le front. Jenny avait finit plus ou moins par se calmer. Seulement quelques soubresauts vinrent déranger leur petit câlin. Au bout de plusieurs minutes, le militaire y mit un terme car le vent se faisait de plus en plus froid. Il était temps de se mettre à l'abri.

"Allez viens, on va rentrer avant qu'on soit complètement gelés. Et surtout, on va aller te soigner ça", lui dit-il en lui prenant la main dont le poignet était entaillé. Un peu de désinfectant et un beau pansement et le tour serait joué. C'est donc main dans la main que les deux tourtereaux rentrèrent se mettre au chaud dans la cité.

Désormais, John allait devoir vraiment s'occuper de la jeune femme, en espérant qu'elle ne daigne pas encore faire sa rebelle. Mais ça, c'était loin d'être gagner. Si on moins, il arrivait à lui faire comprendre qu'un psy pouvait l'aider, cela serait déjà une grande victoire.


--->


Dead Inside
Feel me now, Hold me please, I need you to see who I am, Open up to me, Stop hiding from me, It's hurting babe, Only you can stop the pain, Don't leave me out in the cold, Don't leave me out to die, I gave you everything
Revenir en haut Aller en bas
http://sga-rpg.forumpro.fr

Contenu sponsorisé



Le cri du désespoir [John] Empty
MessageSujet: Re: Le cri du désespoir [John] Le cri du désespoir [John] Empty

Revenir en haut Aller en bas
Le cri du désespoir [John]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UploadHero] John Rambo [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stargate Atlantis - Le Jeu :: ATLANTIS, GALAXIE DE PEGASE :: Tour Centrale :: Sommet de la tour-
Sauter vers: